Béral, « Live Report » #2

mardi 26 décembre 2017, par Menil.Info

Béral, directeur artistique de l’association Ménil Mon Temps, vous propose un live report du Ga-Rage des artistes de Ménilmontant 2017.
Il nous présente aujourd’hui les 2 groupes et l’artiste qui ont marqués de leur empreinte la soirée.

Tout d’abord, laissez-moi vous présenter le 1er groupe qui a ouvert ce Ga-Rage des artistes de Ménilmontant 2017 :

La Bestiole !

Cette entité musicale à 2 têtes est composée de Delphine Labey aux percussions et au chant accompagné d’Olivier Azzano à la guitare. La Bestiole est un être hybride : mi-ange, mi-démon ; mi-pop, mi-rock, qui invente de belles chansons en français sur des airs singuliers, comme ils aiment à se définir. C’est une poésie rageuse et la fougue contagieuse d’une vraie bête de scène.

Il était 16h45 lorsque les premiers accords de la guitare saturée d’Olivier ont retenti sur les rythmes saccadés, impulsés par Delphine. Aucun doute possible sur la ligne artistique imprimée par cet animal de scène : le Rock ! Ça tombe bien, avec le froid de ce garage, c’est rapidement un flot d’énergie qui emplit le lieu et commence à faire bouger, sautiller puis sauter un public d’initiés venus en connaisseur.

La Bestiole se démène et fait raisonner ses mélodies ; la guitare hurle, chante, chavire et se reprend sous la tornade et le tonnerre envoyés par les percussions rageuses d’une tempête qui balaie tout sur son passage. La voix de Delphine vous capture pour vous conduire sur cet océan de fougue et vous guider aux rythmes des déferlements des vagues successives d’une transe chamanique afin de vous déposer sur les rives de leur univers créatif et artistique…

Puis vint le moment où une autre étrange créature, Yan Péchin, se joignit à La Bestiole pour un hommage émouvant à Jacques Higelin … Paris – New York, New York – Ménilmontant, comme si vous y étiez !!! Avec un Yan non pas équipé de sa guitare mais bel et bien d’un microphone...

http://labestiole.fr

Yan Péchin

Yan Péchin, par Chloe Kaufmann

Le deuxième artiste à s’approprier le garage et son décor enguirlandé n’est autre que Yan Péchin, guitariste bien connu des mélomanes car il a accompagné sur scène Alain Bashung, Jacques Higelin, HF Thiéfaine, Christophe Miossec, Marianne Faithfull, Jil Caplan, Brigitte Fontaine, Raphael, Rachid Taha et bien d’autres

Imaginez ce garage avec ces amplis, basse et guitare, ces pieds de micro, la batterie, les instruments, ces cordons de branchement, les fly cases... et sur le côté gauche, posé à plat sur le sol tel un autel dédié à un dieu antique que l’on invoquerait, un pédalier magique relié directement à l’instrument de prédilection de l’artiste.
Yan Péchin s’en approche, câble sa guitare, nous dit quelques mots mais déjà les premières notes s’envolent et l’homme et sa guitare fusent vers d’autres stratosphères. Ce n’est plus un guitariste qui performe devant nous mais un sculpteur du son taillant chaque note avec plus ou moins de volume, de consistance tel un Rodin… ou alors un peintre choisissant chaque couleur qu’il veut donner à ses notes teintées d’ombres et de lumières pour mener vers l’éclat et l’harmonie tel un Véronèse.

On reconnaît des thèmes et des phrases musicales tirés des chansons et de l’univers d’Alain Bashung. Yan les fait siennes pour en faire des vaisseaux d’émotions propres à sa fantasmagorie pendant tout le set des 30 minutes à sa disposition.
Le public est tantôt silencieux, à l’écoute des nuances de styles de l’artiste et tantôt bruyant pour acclamer et féliciter la performance.

C’est alors que Yan invite une chanteuse à venir le rejoindre sur scène près du second microphone. Yan entame le premier accord et égrène chaque note qu’il entre dans son séquenceur. On reconnaît le thème de « Madame Rêve ». Il réitère la phrase musicale à l’harmonie puis fait entrer le vibrato pour déchirer de ses notes stridentes la nuit entrée dans le garage. Il compresse ses notes, les tire et les retire y ajoutant moult effets pour une invitation au voyage … Moment où Mood entonne à voix parlé-chanté les premières paroles pour ensuite dévoiler la beauté de sa voix particulière.
C’est avec toute la réserve nécessaire que Mood emplit la scène de son instrument pour peu à peu s’effacer et laisser Yan abréger le cantique des cantiques délaissant sa guitare posée à même le sol et ne se préoccuper que du magique pédalier laissant ainsi les spectateurs quelque part dans une nébuleuse sonore entre Orion et Cassiopée vénérant le dieu Vulcain, taillant dans sa forge le feu créateur…

https://www.facebook.com/yanpechinpageofficiellefans/

K’Roll Vengeance et les Apparitions

K’Roll Vengeance et les Appartions, par Chloé Kaufmann

Pour vous parler de ce groupe, je dois d’abord faire un focus sur le chanteur Karoll qui dans le début des années 80 écumait la scène punk rock avec son groupe « Bernadette Soubirou et ses apparitions » et qui eut quelque notoriété dans les milieux autorisés avec notamment cet album « Je vous salis ma rue » signé chez Griffe Records…

Pour les amoureux de l’humour et de la contrepèterie, vous avez frappé à la bonne adresse car son nouveau groupe K’Roll Vengeance et les Apparitions reste toujours aussi frais que déjanté. Déjà le public abandonne le bar et s’entasse sur le devant de la scène aux premières attaques des accords de guitare assenés par Thom.

Le groupe, formé de la formule qui tue : Basse, guitare, batterie, soutient la voix de Karoll qui monopolise à lui seul l’attention du public. C’est un showman avec une voix qui envoie et balance en cadence ses histoires… en français dans le texte !

« J’arrête demain », « Je pense à ma panse », « Le pavé » ou encore « oui, oui, oui » font résonner le garage de ses seconds degrés. Karoll séduit le public, joue avec, l’interpelle, lui offre des confiseries, va même jusqu’à taper la conversation pendant que le groupe joue sa partie instrumentale mais toujours en gardant le contrôle…

Malgré la bise hivernale, le garage chauffe les watts, fait vrombir les amplis, décrasse les bougies, fait fumer les joints… de culasse et dans le dernier rappel signifiant le final de la Rage de Ménil Mon Temps, K’Roll Vengeance et les Apparitions salue cranement le public conquis à la force d’une énergie généreuse et waak’n woll.

http://lesapparitions.fr

Plus de photos et vidéos sur
https://www.facebook.com/MenilMonTemps/

Publier un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité
  • Ces articles pourraient vous plaire :

Agenda

Samedi 20 octobre 06:00-13:00
Samedi 20 octobre 20:30-23:30

0 | 3 | 6 | 9 | 12

Commentaires

Fermeture administrative de la Comédia (Montreuil)

Il fallait malheureusement que cela arrive un jour, et ce n’est même plus surprenant, vu le climat actuel à Paris : La Comedia Montreuil., l’un des derniers bastions libres et joyeux de la culture alternative / punk parisienne, est obligée de fermer pendant un mois, à compter d’hier soir (même si le concert prévu hier s’est déroulé coûte que coûte), sur décision administrative, et ce jusqu’au 2 Novembre. les habitué-e-s ont pu constater que les travaux ont déjà été engagés depuis cet été pour la remise aux normes des lieux, sans attendre que les flics et la préfecture ne s’en mêlent. Mais quand il s’agit de (...)

Paris : la Fabrique nomade ouvre ses portes aux artisans réfugiés

L’association installée sous le Viaduc des arts (XIIe) expose et vend des objets réalisés par des artisans réfugiés. Sculpteurs, couturiers, potiers... Ils ont pu renouer avec leur métier.
Lire l’article sur le Parisien : http://www.leparisien.fr/paris-75/p...

Paris : L’exécutif renonce à sa délibération sur la Petite Ceinture

Sa proposition de créer une société pour valoriser économiquement 20 bâtiments de la ligne de chemin de fer avait provoqué une levée de boucliers chez les écologistes et les communistes.
Le débat s’annonçait houleux et le vote incertain pour l’exécutif parisien qui a préféré reculer. La délibération sur l’ancienne voie ferroviaire de la Petite Ceinture, qui devait être examinée ce mercredi matin par le Conseil de Paris, a été retirée de l’ordre du jour. Après les écologistes et les communistes, le groupe UDI-MoDem avait annoncé ce mardi son intention de voter contre, dénonçant à son tour « la bétonisation et la (...)

Décès de Rachid Taha (+vidéos)

A l’occasion de la nocturne des 27e Portes Ouvertes des artistes de Ménilmontant, le CIP20 rend honneur à Rachid Taha, un artiste habitué du quartier qui vient de nous quitter.
http://menil.info/Ya-Rayah-Soiree-chaabi-en-honneur-de-Rachid-Taha

Décès de Rachid Taha (+vidéos)

Bouleversé, comme beaucoup d’autres, par la disparition de Rachid Taha, Brian Eno, le producteur et compositeur anglais qui contribua notamment a l’émergence de la musique ambiant, pris la plume afin de saluer, une dernière fois, cet artiste avec qui il avait eu l’occasion de travailler sur l’album Tékitoi, paru en 2004. Une lettre que l’on vous retransmet intégralement :
http://www.nova.fr/la-lettre-de-brian-eno-rachid-taha

Décès de Rachid Taha (+vidéos)

Rachid Taha est algérien. Pour la première fois depuis une dizaine d’année, il retourne pour une série de concerts dans son pays natal, confronté à des sentiments conflictuels, entre attachement et révolte. Rachid rock la casbah ?
Un film documentaire de Pascal Forneri
Filmé, monté par Pascal Forneri
Produit par Barclay, Universal
2006 / 40’
http://menil.info/Rachid-Taha-en-Algerie-ma-parabole-d-honneur-video

« Rue des Cascades », projection en plein air

Cinquante-quatre ans après sa sortie, Un gosse de la butte (rebaptisé Rue des Cascades pour sa ressortie), cinquième long métrage de Maurice Delbez, retrouve les grands écrans en version restaurée. Tiré du roman de Robert Sabatier, Alain et le Nègre, paru en 1953, le film nous entraîne dans le Belleville et le Ménilmontant d’hier, sur les traces de joyeux loustics. Le réalisateur ne se contente pas de peindre ce perchoir populaire à titis. Il aborde des sujets loin d’être évacués aujourd’hui, comme le racisme et la liberté d’aimer, à travers la relation amoureuse entre une veuve (l’époustouflante Madeleine (...)

La Féline, mort imminente du bar le plus rock’n’roll de Paris

Ce samedi 28 juillet, le bar à concerts La Féline, rue Victor Letalle à Paris, tirait ses dernières pintes et servait ses derniers shots, sur fond de musique rock bien forte. Une foule nombreuse, massée sur toute la rue, était venue assister à l’enterrement. Qu’est-ce donc que les nuits de Ménilmontant y perdent, au juste, et pourquoi ?
Lire sur toutelaculture.com

Portes Ouvertes des Ateliers d’Artistes de Belleville

beaucoup d’artistes sont installés dans tout le quartier, à découvrir !

Décès de Florence Marek

https://youtu.be/wtVgAQhr434

Publicité