Djamel Allam, mort d’un troubadour contemporain (+ vidéos)

dimanche 16 septembre 2018, par Menil.Info

Des concerts partout dans le monde, une succession d’albums de qualité, de grands tubes chantés dans le Maghreb, c’est la marque de cet artiste de légende, qui a ouvert la voie à la chanson en langue berbère en Afrique du Nord, puis dès les années 70 en France et au delà des frontières.

Djamel Allam a (...) vécu cet âge d’or où la beat kabyle faisait « swinguer » l’Algérie des années 1970. Ses pairs s’appellent Idir, Noureddine Chenoud, les Abranis… Djamel Allam, dès sa prime enfance savait ce qu’il allait faire de sa vie. Il fera ses premières classes sous les auspices et la bénédiction – la baraka – d’un grand maître de la musique chaâbi, Cheikh Sadek Bédjaoui. Il aura été à la bonne école. Le conservatoire de la ville de Béjaïa. Et puis volera vers d’autres cieux pour se former, se forger et éclore. A Marseille, puis montera à Paris (...) Source elwatan.com

En effet, tout jeune artiste il fut le premier à avoir le courage de chanter sur les ondes algériennes dans sa langue d’origine. Cette geste musicale, portée par un troubadour contemporain à l’époque engagée, lui valut d’être immédiatement remarqué. Il sera très vite suivi dans cette lancée par les grands noms de la chanson berbère (aujourd’hui connu en France tel Idir) et plus tard par les jeunes générations de chanteurs et musiciens (Amazigh Kateb, Mouss et Hakim, etc.) qui mélangent textes en arabe, berbère et français et lui rendent souvent hommage en reprenant certains de ses morceaux phares.

Mais c’est surtout par ses choix musicaux que Djamel va marquer le public et les futures générations de chanteurs et musiciens - aujourd’hui, devenus de grands noms de la chanson maghrébine ou issue de l’immigration - et qui monteront sur scène avec lui. Il ouvre la voie de la fusion entre sonorités traditionnelles berbères et arabes, et la modernité de la world music aux influences jazzy. Il s’inscrit ainsi comme un chanteur universel de la scène de la World Music, ce qui lui vaudra de nombreuses reconnaissances (prix SACEM, etc.).

Car Djamel Allam s’est très vite ouvert à tous les publics en franchissant les frontières linguistiques. Il n’hésite pas à reprendre dans ses concerts des chansons de ses proches amis comme Leo Ferré ou en Algérie de Farid Ali, des textes de Kamel Hamadi, etc. Dans son dernier album, le Youyou des Anges, sorti à Alger en 2009, qu’il présentera ce jour-là, on retrouve également ses thèmes de prédilection : sujets d’actualités ou évocation des luttes passées, il nous parle de la violence, de l’immigration, de ceux qui sont partis et ceux qui veulent partir. Il évoque la question de la différence, des personnes défavorisées, des exclus de la société retranscrivant ainsi les sentiments de l’artiste face à une société multiculturelle en mutation. Source Cabaret Sauvage

Photo Salah Mansouri

Publier un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité
  • Ces articles pourraient vous plaire :

Agenda

Commentaires

Fermeture administrative de la Comédia (Montreuil)

Il fallait malheureusement que cela arrive un jour, et ce n’est même plus surprenant, vu le climat actuel à Paris : La Comedia Montreuil., l’un des derniers bastions libres et joyeux de la culture alternative / punk parisienne, est obligée de fermer pendant un mois, à compter d’hier soir (même si le concert prévu hier s’est déroulé coûte que coûte), sur décision administrative, et ce jusqu’au 2 Novembre. les habitué-e-s ont pu constater que les travaux ont déjà été engagés depuis cet été pour la remise aux normes des lieux, sans attendre que les flics et la préfecture ne s’en mêlent. Mais quand il s’agit de (...)

Paris : la Fabrique nomade ouvre ses portes aux artisans réfugiés

L’association installée sous le Viaduc des arts (XIIe) expose et vend des objets réalisés par des artisans réfugiés. Sculpteurs, couturiers, potiers... Ils ont pu renouer avec leur métier.
Lire l’article sur le Parisien : http://www.leparisien.fr/paris-75/p...

Paris : L’exécutif renonce à sa délibération sur la Petite Ceinture

Sa proposition de créer une société pour valoriser économiquement 20 bâtiments de la ligne de chemin de fer avait provoqué une levée de boucliers chez les écologistes et les communistes.
Le débat s’annonçait houleux et le vote incertain pour l’exécutif parisien qui a préféré reculer. La délibération sur l’ancienne voie ferroviaire de la Petite Ceinture, qui devait être examinée ce mercredi matin par le Conseil de Paris, a été retirée de l’ordre du jour. Après les écologistes et les communistes, le groupe UDI-MoDem avait annoncé ce mardi son intention de voter contre, dénonçant à son tour « la bétonisation et la (...)

Décès de Rachid Taha (+vidéos)

A l’occasion de la nocturne des 27e Portes Ouvertes des artistes de Ménilmontant, le CIP20 rend honneur à Rachid Taha, un artiste habitué du quartier qui vient de nous quitter.
http://menil.info/Ya-Rayah-Soiree-chaabi-en-honneur-de-Rachid-Taha

Décès de Rachid Taha (+vidéos)

Bouleversé, comme beaucoup d’autres, par la disparition de Rachid Taha, Brian Eno, le producteur et compositeur anglais qui contribua notamment a l’émergence de la musique ambiant, pris la plume afin de saluer, une dernière fois, cet artiste avec qui il avait eu l’occasion de travailler sur l’album Tékitoi, paru en 2004. Une lettre que l’on vous retransmet intégralement :
http://www.nova.fr/la-lettre-de-brian-eno-rachid-taha

Décès de Rachid Taha (+vidéos)

Rachid Taha est algérien. Pour la première fois depuis une dizaine d’année, il retourne pour une série de concerts dans son pays natal, confronté à des sentiments conflictuels, entre attachement et révolte. Rachid rock la casbah ?
Un film documentaire de Pascal Forneri
Filmé, monté par Pascal Forneri
Produit par Barclay, Universal
2006 / 40’
http://menil.info/Rachid-Taha-en-Algerie-ma-parabole-d-honneur-video

« Rue des Cascades », projection en plein air

Cinquante-quatre ans après sa sortie, Un gosse de la butte (rebaptisé Rue des Cascades pour sa ressortie), cinquième long métrage de Maurice Delbez, retrouve les grands écrans en version restaurée. Tiré du roman de Robert Sabatier, Alain et le Nègre, paru en 1953, le film nous entraîne dans le Belleville et le Ménilmontant d’hier, sur les traces de joyeux loustics. Le réalisateur ne se contente pas de peindre ce perchoir populaire à titis. Il aborde des sujets loin d’être évacués aujourd’hui, comme le racisme et la liberté d’aimer, à travers la relation amoureuse entre une veuve (l’époustouflante Madeleine (...)

La Féline, mort imminente du bar le plus rock’n’roll de Paris

Ce samedi 28 juillet, le bar à concerts La Féline, rue Victor Letalle à Paris, tirait ses dernières pintes et servait ses derniers shots, sur fond de musique rock bien forte. Une foule nombreuse, massée sur toute la rue, était venue assister à l’enterrement. Qu’est-ce donc que les nuits de Ménilmontant y perdent, au juste, et pourquoi ?
Lire sur toutelaculture.com

Portes Ouvertes des Ateliers d’Artistes de Belleville

beaucoup d’artistes sont installés dans tout le quartier, à découvrir !

Décès de Florence Marek

https://youtu.be/wtVgAQhr434

Publicité