La Bellevilloise, de la faucille aux bobos

vendredi 17 août 2018, par Menil.Info

En 1877, alors que le Paris populaire se relève difficilement de la Commune, des ouvriers créent une coopérative et se lancent dans l’œuvre sociale et culturelle. Proche du Parti communiste dans les années 20, la Bellevilloise est désormais un café branché.

Le café de la Bellevilloise, vers 1905. Photo Coll. Im. Kharbine-Tapabor

En 1877, alors que le Paris ouvrier se relève difficilement de la Commune, 20 ouvriers décident de s’associer en coopérative de consommation. L’idée est de créer ce qu’on appellerait plutôt de nos jours une « épicerie solidaire », proposant à bas prix des produits de première nécessité dans un des quartiers les plus populaires de Paris (....)

La « maison du peuple » et l’émancipation

Dans les années 10, en plus d’une dizaine de magasins (qui désormais salarient du personnel), la Bellevilloise compte une chorale (la Muse Bellevilloise), un patronage pour les enfants des sociétaires, une bibliothèque riche de plus de 5 000 titres, une université populaire (la Semaille) où enseignait entre autres l’anthropologue Marcel Mauss. On peut aussi y suivre des cours de théâtre, de musique, d’espéranto (...)

La Maison du peuple de la Bellevilloise est rachetée en 2000 et transformée en lieu de culture branché. Reste que le prix du brunch signe plus la gentrification du quartier que le réveil de l’émancipation populaire, n’en déplaise aux organisations de gauche qui peuvent s’offrir ces murs chargés de mémoire pour leurs manifestations. C’est finalement plus au Lieu-Dit, un café sis un peu plus bas sur la butte de Ménilmontant, rue Sorbier, où Hossein ouvre gracieusement ses salles aux Caféministes des Effronté·e·s, aux Causeries des Lilas sur l’antiracisme politique, au Salon du livre politique indépendant, aux enregistrements de Là-bas, si j’y suis de Daniel Mermet, entre autres débats politico-militants où souvent l’on croise Frédéric Lordon, Eric Hazan ou Laurence De Cock, que se perpétue l’esprit émancipateur et d’éducation populaire de la « Belle ».

Photo logo : Coll. Im. Kharbine-Tapabor

- Lire l’article complet sur Libération

Version imprimable de cet article Version imprimable
Publier un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Ces articles pourraient vous plaire :
  • Sur le web