Ménilmontant

Nous avons appris l’expulsion des habitants...

mardi 31 octobre 2017, par Menil.Info

Nous avons appris l’expulsion des habitants de la petite ceinture de Ménilmontant et la destruction des quelques biens qu’ils y avaient rassemblé. Jeudi à 6h du matin, trois camions de police ont réveillé à coup de "On dégage !" et à grand renfort de chiens et de projecteurs la petite dizaine de personnes abritées sous les tunnels de la petite ceinture. Ils leur ont donné 10 minutes pour rassembler quelques affaires avant de les conduire au poste de police et de commencer la destruction des affaires restées sur place.

Les associations locales ont ainsi perdu tout contact avec ces personnes qu’elles côtoient et soutiennent au quotidien depuis plusieurs mois. Plus que des biens, c’est tout un tissu de relations sociales et locales lentement construites qui vient d’être détruit sous les yeux de ceux qui n’ont qu’elles. Après une matinée d’incertitude sur le sort qui leur serait réservé, la plupart de ces personnes sont ressorties du commissariat avec une convocation devant le juge dans le cadre d’une procédure d’expulsion du territoire national.

Nous avons rencontré ces habitants - réfugiés, SDF, sans-papiers ; bref, sans voix - lors de nos passages sur le terrain. Nous sommes en effet chargé·es - dans le cadre de nos études et en complémentarité des actions menées par les différents collectifs travaillant sur le terrain - de produire un diagnostic territorial. Celui-ci a pour objectif de permettre aux riverain·es et aux élu·es locaux d’engager la discussion sur le futur du lieu. Nous n’attendrons pas sa restitution pour vous en présenter certaines conclusions :

- Les riverain·es n’ont pas attendu le projet de réaménagement pour investir la petite ceinture. On dénombre en une journée le passage de plus d’une centaine de personnes. Nous y avons croisé une association d’activité pour personnes âgées qui y faisait une balade, des enfants qui y jouaient tous les jours, des personnes qui n’ont que ce lieu pour dormir, des adolescents qui y organisaient des soirées, des riverains qui y ont planté un potager partagé...

- S’il y a bien une préoccupation partagée par la plupart des riverain·es rencontré·es, c’est leur inquiétude quant à l’institutionnalisation à outrance du lieu. De la conservation de zones « sauvages » où les plantes poussent à leur gré à l’attachement à un lieu où il fait bon s’arrêter, une majorité d’entre elleux nous ont fait part de leur volonté de conserver la petite ceinture comme lieu « hors-ville », loin du bruit et des logiques sociales citadines.

- Les habitants de la petite ceinture font partie intégrante de cet investissement et de cette désinstitutionnalisation : le chien de A. est l’attraction de fin de journée des collégien·nes du coin ; nous avons assisté à des discussions parfaitement normalisées - et quotidiennes - entre les passant·es et les habitants de la petite ceinture... Quant aux enfants interrogé·es, à notre grande surprise leur première réaction est de s’inquiéter du sort des habitants de la petite ceinture. Ils seront ravis de savoir que leur projet de lieu de vie « pas trop près des tunnels pour que les gens puissent dormir » pourra désormais être installé où bon leur semble. Superbe leçon pour cette génération à venir.

Notons également que des gardes accompagnés de chiens veillent désormais à ce que l’accès à la petite ceinture - littéralement cadenassé - soit impossible. Force est de constater qu’il aurait suffit de 2 minutes sur le terrain pour que celleux ayant pris la décision d’expulser ses habitants se rendent compte qu’ils/elles contredisent par là les objectifs affichés du projet : Où est passée la volonté d’un lieu ouvert appartenant aux habitants ? Comment les collectifs chargés d’accompagner le processus de réaménagement de la petite ceinture peuvent-ils continuer de travailler ? Et comment le peuvent-ils d’un point de vue éthique lorsque, sur un projet présenté comme ouvert et fait par les habitants, une action violente est menée unilatéralement et sans avertissement sur certains d’entre eux ?

Ce matin nous avons le sentiment que, loin des préoccupations participatives mises en avant par les responsables politiques, ce projet apparaît de plus en plus fondé sur une volonté de gentrifier l’un des rares espaces encore « hors-ville » de la capitale.

La situation semble moins résulter d’une volonté délibérée des institutions impliquées dans le processus de réaménagement de la Petite Ceinture que d’un manque de communication entre leurs différents départements. Ce qui ne peut sembler que dysfonctionnement institutionnel mineur est pourtant à l’origine de la destruction d’une dizaine de vies : ce sont des années de travail des associations locales et une dizaine de parcours faits d’épreuves dont nous ignorons l’étendue et la gravité qui viennent brutalement et inhumainement, en une dizaine de minutes un jeudi matin, d’être anéanties.

Nous rappelons que cette décision intervient à l’heure où des dizaines de milliers de personnes - dont 500 enfants - passent toutes leurs nuits dans les rues de Paris tandis que plus de 100.000 logements vacants sont recensés dans la capitale. Nous n’oublions également pas que cette expulsion se déroule quelques jours avant le début de la trêve hivernale. Les personnes expulsées se retrouvent ainsi sans logements ni affaires aux prémices d’une période critique où les associations d’accueil sont débordées et où le froid fait en moyenne 50 morts par mois.

Nous insistons enfin sur le fait que la poursuite de l’utilisation des infrastructures de la Petite Ceinture comme abri pour ceux qui n’en ont pas n’est pas une fin en soi : s’il est immoral en 2017, en France, dans l’une des métropoles les plus riches du monde que des personnes en soient réduites à devoir vivre dans des installations à ce point insalubres, il est absolument honteux que ces mêmes personnes soient violemment expulsées de leurs lieux de vie sans qu’aucune solution ne soit proposée. Cette action de gentrification de l’espace urbain, où l’on traque la misère même lorsqu’elle se réfugie dans les tunnels de la petite ceinture, n’est pas acceptable. Expulser les habitants les plus précaires au titre de l’insalubrité de leur lieu de vie, sans solution de relogement, faisant fi du droit au logement pourtant reconnu comme universel, nous révolte. Aussi, nous exigeons l’abrogation de l’arrêté d’expulsion du territoire et la proposition de solutions durables de relogement aux expulsés de la petite ceinture.
Pour laisser la conclusion à plusieurs d’entre eux : « On vit là parce qu’y a pas le choix ».

- Sorbonne Ingénierie de la concertation PDF du communiqué

- http://sorbonne-concertation.fr

Publier un commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité
  • Ces articles pourraient vous plaire :

Agenda

Commentaires

Fermeture administrative de la Comédia (Montreuil)

Il fallait malheureusement que cela arrive un jour, et ce n’est même plus surprenant, vu le climat actuel à Paris : La Comedia Montreuil., l’un des derniers bastions libres et joyeux de la culture alternative / punk parisienne, est obligée de fermer pendant un mois, à compter d’hier soir (même si le concert prévu hier s’est déroulé coûte que coûte), sur décision administrative, et ce jusqu’au 2 Novembre. les habitué-e-s ont pu constater que les travaux ont déjà été engagés depuis cet été pour la remise aux normes des lieux, sans attendre que les flics et la préfecture ne s’en mêlent. Mais quand il s’agit de (...)

Paris : la Fabrique nomade ouvre ses portes aux artisans réfugiés

L’association installée sous le Viaduc des arts (XIIe) expose et vend des objets réalisés par des artisans réfugiés. Sculpteurs, couturiers, potiers... Ils ont pu renouer avec leur métier.
Lire l’article sur le Parisien : http://www.leparisien.fr/paris-75/p...

Paris : L’exécutif renonce à sa délibération sur la Petite Ceinture

Sa proposition de créer une société pour valoriser économiquement 20 bâtiments de la ligne de chemin de fer avait provoqué une levée de boucliers chez les écologistes et les communistes.
Le débat s’annonçait houleux et le vote incertain pour l’exécutif parisien qui a préféré reculer. La délibération sur l’ancienne voie ferroviaire de la Petite Ceinture, qui devait être examinée ce mercredi matin par le Conseil de Paris, a été retirée de l’ordre du jour. Après les écologistes et les communistes, le groupe UDI-MoDem avait annoncé ce mardi son intention de voter contre, dénonçant à son tour « la bétonisation et la (...)

Décès de Rachid Taha (+vidéos)

A l’occasion de la nocturne des 27e Portes Ouvertes des artistes de Ménilmontant, le CIP20 rend honneur à Rachid Taha, un artiste habitué du quartier qui vient de nous quitter.
http://menil.info/Ya-Rayah-Soiree-chaabi-en-honneur-de-Rachid-Taha

Décès de Rachid Taha (+vidéos)

Bouleversé, comme beaucoup d’autres, par la disparition de Rachid Taha, Brian Eno, le producteur et compositeur anglais qui contribua notamment a l’émergence de la musique ambiant, pris la plume afin de saluer, une dernière fois, cet artiste avec qui il avait eu l’occasion de travailler sur l’album Tékitoi, paru en 2004. Une lettre que l’on vous retransmet intégralement :
http://www.nova.fr/la-lettre-de-brian-eno-rachid-taha

Décès de Rachid Taha (+vidéos)

Rachid Taha est algérien. Pour la première fois depuis une dizaine d’année, il retourne pour une série de concerts dans son pays natal, confronté à des sentiments conflictuels, entre attachement et révolte. Rachid rock la casbah ?
Un film documentaire de Pascal Forneri
Filmé, monté par Pascal Forneri
Produit par Barclay, Universal
2006 / 40’
http://menil.info/Rachid-Taha-en-Algerie-ma-parabole-d-honneur-video

« Rue des Cascades », projection en plein air

Cinquante-quatre ans après sa sortie, Un gosse de la butte (rebaptisé Rue des Cascades pour sa ressortie), cinquième long métrage de Maurice Delbez, retrouve les grands écrans en version restaurée. Tiré du roman de Robert Sabatier, Alain et le Nègre, paru en 1953, le film nous entraîne dans le Belleville et le Ménilmontant d’hier, sur les traces de joyeux loustics. Le réalisateur ne se contente pas de peindre ce perchoir populaire à titis. Il aborde des sujets loin d’être évacués aujourd’hui, comme le racisme et la liberté d’aimer, à travers la relation amoureuse entre une veuve (l’époustouflante Madeleine (...)

La Féline, mort imminente du bar le plus rock’n’roll de Paris

Ce samedi 28 juillet, le bar à concerts La Féline, rue Victor Letalle à Paris, tirait ses dernières pintes et servait ses derniers shots, sur fond de musique rock bien forte. Une foule nombreuse, massée sur toute la rue, était venue assister à l’enterrement. Qu’est-ce donc que les nuits de Ménilmontant y perdent, au juste, et pourquoi ?
Lire sur toutelaculture.com

Portes Ouvertes des Ateliers d’Artistes de Belleville

beaucoup d’artistes sont installés dans tout le quartier, à découvrir !

Décès de Florence Marek

https://youtu.be/wtVgAQhr434

Publicité