Lettre ouverte de Pierre Caillaud-Croizat à Julien Bargeton, sénateur du 20e

lundi 30 décembre 2019 - 1 commentaire

De Pierre Caillaud-Croizat, petit-fils d’Ambroise Croizat

Ci-joint le message que je viens d’adresser à Julien Bargeton suite à sa publication dans laquelle il cherche à utiliser à des fins mensongères l’héritage de Croizat.

Monsieur,

Je viens de découvrir une publication dans laquelle vous apparaissez à côté d’une citation d’Ambroise Croizat. On m’a indiqué également que vous aviez cité Croizat lors d’une intervention sur le média BFM (à 9:10 ndlr) .

Que vous fassiez référence à Croizat est une démarche qui vous appartient, mais que vous cherchiez à l’utiliser pour donner du crédit à vos turpitudes de démantèlement du système qu’il a mis en place, c’est une infâme imposture.
Dans vos publications, vous ne semblez guère goûter les conséquences générées par le mouvement social et vous stigmatisez les grévistes comme des extrémistes bornés.

Ambroise Croizat

Quand on se réfère à Croizat, on ne peut occulter son engagement viscéral pour la CGT et le parti communiste. Il a consacré sa vie et toute son énergie à ces organisations pour la défense des plus démunis, pour plus de justice et d’égalité dans les rapports sociaux. Le projet de réforme des retraites que vous portez est la déconstruction du système de retraite par répartition basé sur la solidarité nationale et intergénérationnelle. C’est une opération de nivellement des retraites par le bas et l’ouverture du système à la retraite par capitalisation.
Une originalité du système Croizat, c’était justement de mettre les cotisations à l’abri des appétits de la finance en général et de l’assurance privée en particulier.
Votre postulat qui consiste à faire sauter ces verrous ne vous permet pas de vous revendiquer de l’héritage de Croizat.
Lui n’a jamais pris le parti des privilégiés et des assurances privées.
Votre culot n’a d’égal que votre duplicité.

Je considère que votre usurpation est une insulte à la mémoire de mon grand-père et je vous fais part très fermement de mon indignation.

Quant à la prétendue citation de Croizat à laquelle vous faites référence, je ne la connaissais pas sous cette forme. C’est à vérifier, mais il me semble que Croizat n’avait pas utilisé le terme unité mais unicité. Ce détail sémantique dont vous ne vous embarrassez pas ne fait que confirmer votre forfaiture.

Pierre Caillaud-Croizat, petit-fils d’Ambroise Croizat.

Version imprimable de cet article Version imprimable

Commentaires

  • 1. Lettre ouverte de Pierre Caillaud-Croizat à Julien Bargeton, sénateur du 20e
    3 janvier,13:53, par Albéarn 84

    Cher Monsieur.
    Petit-fils de mineur de fonds avant la guerre de 14 et fils d’ouvrier, je salue la mémoire de M. Ambroise CROIZAT. Heureusement que la France a eu des hommes de cette trempe, autrement, nous en serions encore à l’époque de Germinal. Cordialement.

Publier un commentaire

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Sur le web